Ce que fait un angliciste

0

” Naturel “

Je n’avais pas tout de suite pensé que “naturel” chez Irène Théry appartient à une sphère sémantique du droit et de l’histoire du droit : l’émergence des notions de droit naturel, une des clés actives de la modernité, pré-révolutionnaire et pré-politiste donc, libérale et civique. Ligne de genèse de la proposition. Qui théorise déjà, a déjà des cadres pour saisir, les nouveaux objets affect, émotions, droits (ou dûs) personnels, “droits humains” (tels que devenus en français, récemment), identité & identités...

0

I. Théry située : Mauss, Castoriadis

Tiens, je ne l’attendais pas jusque là, mais I Théry plante son discours ici, en fin d’introduction : après la sévérité méthodologique de Mauss proposée comme limite du point de vue “naturel” (il prend le caractère de “naturel” – terme assez peu naturel à lui seul dans cet espace de débat d’ailleurs – en relation avec “social”, “relationnel”, et “institution” au fil des paragraphes), l’appui après de Castoriadis (Œdipe relu “autour de la notion clé de ‘maître des significations‘”, 39)...

0

I. Théry : périodisations de la modernité sexuelle

Wow avec seulement deux jours et 40 pages de découverte d’Irene Théry, tout l’ajustement, le recentrage, et le repère appris et immédiatement approprié à mes vocabulaire, fils de théorisation en poétique, corpus de référence en histoire culturelle (et donc coloniale). I. Théry, “la nouvelle civilité sexuelle du consentement” : avec une mise en relief de la “voix” à laquelle que je évidemment tout de suite sensible (elle m’intrigue comme horizon et grand possible, seulement, pour le moment, il faudra en voir...

0

Irène Théry maussienne – le civique devant le victimaire

Irène Théry sur “une redéfinition du mariage lui-même” (et tout ce qui est appelé à changer en système, dans les transformations actuelles de sexualités, genre et famille), de même que Campbell et Manning dans The Rise of Victimhood Culture (2018) : prennent appui sur un account des nouvelles tensions nouvelles expressions et leurs effets de division ou même polarisation méthodologiquement similaire : explication par la transformation d’une culture. Et les affres, malentendus créant des fissures abîmes de dissensions, conflits, éclats,...

0

Peuples du genre – civilité sexuelle

Irène Théry sur #MeToo en France, et Vanessa Springora en particulier. L’assurance et la clarté avec laquelle, forte de son sillage de réflexion et d’écriture, elle pose les termes, prend les questions, les notions, place les espaces sémantiques ou plus encore tire les traits signifiants. “Qualifications pénales, incriminations, civilité“. Cisèlement, évidemment, du langage du droit. C’est aussi celui de la perspective libérale, politiste. (IT se pose nettement devant la catégorie sexe, sexuel, rapports des sexes.) Qui a ses qualités, et pour...

0

Conditions sociales du dire – #MeToo, post-truth,

Des régimes d’énonciation, qui caractérisent des situations historiques, on peut dire peut-être politiques. Sociales en tout cas. L’immense pan ouvert et révélé depuis 2017 par #MeToo, qu’Irène Théry présente par la mise en question première : regarder à deux fois ce que signifie la “libération de la parole“. En analogie aussi, mais à suivre évidemment sur son propre plan, propres logiques sociales, les cohérences entre les deux étant très lointaines dans l’avenir d’une réflexion possible : tout le noeud, après...

0

* Moi aussi *, Irène Théry

Bon, je m’informe. L’expérience de la bêtise, à laquelle je suis immédiatement renvoyée, heureusement immédiatement addressed alors que j’entre dans la lecture, et me mets au diapason d’un questionnement. Autant avec La Fabrique du crétin digital qu’avec la Civilisation du poisson rouge qu’avec maintenant (et enfin) le sillage de #MeToo. Que j’ai laissé flotter jusqu’ici, objet très difficile à aborder, amorcer. Très intéressée d’avance par la sociologisation proposée sur “sexuel” (Irène Théry active cette catégorie là, voir comment). “La nouvelle civilité...

0

“Écritures du réel”

J’ouvre Moi aussi. La nouvelle civilité sexuelle, Irène Théry (Seuil 2022), et un premier repère est lui-même noteworthy : le livre est publié dans la collection “Traverse” (tiens, ce choix de titrage), dirigée par Ivan Jablonka, qui doit écrire : des chemins de traverse, une traversée des genres pour dire le monde et le transformer. Un espace de création ouvert aux chercheurs, écrivains, journalistes, enquêteurs. Un lieu accueillant toutes les écritures du réel, pour relever ensemble les défis du XXIe...

0

Culture numérique : espaces discursifs

Michel Desmurget, La Fabrique du crétin digital, 2019 également (et Prix Femina de l’essai) : j’ai commencé par me demander pourquoi cette dépense polémique, avec son mode assez grossier. Et me rends rapidement au projet : car il part sur une lecture systématique de discours, dont j’avais mal la culture (elle a cours en France, et dans l’espace ouvert du “débat public” si difficile à habiter) et qui est important à situer. Petite Poucette ; certaines voix pédago pour le numérique à...

0

Narcissisme néolibéral

Toby Nathan me donne, au passage de Ethnomythologiques (2022) : narcissique. Me donne une marque pour parler du Réel submergeant, amuïssant, des nouvelles subjectivités, néolibérales donc. L’identité (qui n’est pas, plus, la culturelle collective, ni politique co-alliée), “l’individualisme” (beaucoup usité pour débattre des rapports sociaux contemporains, en déliaisons) – le narcissisme donne un autre accent, et une direction, surtout. Presque une proposition.  

0

Humanités du numérique : *humane*, *humanisme*

Je lis, Bruno Patino, La Civilisation du poisson rouge (2019 seulement, mais déjà le “monded’avant”), 135 : “Echanger, sans regret, la fiction transhumaniste (il en est bien à Ray Kurtzweil et la Singular University de Google) pour un nouvel humanisme numérique.” Le mot est aussi introduit dans la bataille (sur un ton moins féroce, du lettré, et pour une visée plus organisée et programmatique) par Milan Douehi. J’ai aussi trouvé, par deux fois au passage ces “derniers temps” (mesure d’écoute...

0

Parler le Merton – une poétique de la sociologie

D’autant que j’écoutais Arnaud Saint-Martin présenter le classique “STSS“, dans le cadre de la Petite bibliothèque des sciences sociales à la BNF, 2017, Sylvain Bourmeau à la barre. Univers de discours habité, familier, incorporé. Combien j’aime ces introductions, entrées. Quoi aimer dans Merton, qui est un précis du langage. Et de l’anglais, en l’occurence, “choice finds” (OTSOG p. 184). Oui : STSS (à distinguer en effet de sa version française en Éléments, qu’il ne faut pas prendre comme une traduction) comme...

2

Je ne sais pas à qui je parle – état culturel

Voilà, un cœur. Expérience individuelle, idiosyncrasique, mais aussi sociale, dans une évolution sociale : j’essaie de naviguer entre ces deux pôles d’explication, de sociologie en psychologie, négociant la responsabilité et la contrainte des deux côtés. Par les deux côtés, est en jeu une question de culture et d’institution de savoir ; presque d’institutionnalisation savante du biographique, du subjectif. Surmoi scolaire projeté sur le familial. Aussi, les devenirs de l’école, de l’université, du livre et de la visibilité légitimité institutions sociales...

0

Agenda : rapide tour, automne 2022

Combien je me rends mieux compte, 30 years into it as noted, que les objets sont historiques et changeants, mobilités diverses et stratifiées : “urgences” médiatiques, “problèmes sociaux”, mots d’ordre disciplinaires, pressions culturelles de plus long terme, conditions matérielles, bien évidemment, de génération des problèmes scientifiques (Merton ici). Le travail critique, je me rends mieux compte, a à se relier à, se placer devant (lire, faire contexte), ces temporalité, en choisissant ses rythmes, le choix est stratégique. Et scientifique. “Actualité...

0

Pan sur le nez : 30 years into philology

Le travail, cumulé maintenant sur 30 ans, n’a cessé de me faire élargir l’horizon des objets, élargissement encore multiplié par la différence des langues – je ne prends qu’elle, pour dynamique emblématique (car incontournable, butée toujours salutaire, surprenante et vive, ah -) de l’infinité des discours. Simplement : du discours. Il y a une euphorie de cette déprise régulière, et encore surprenante. Càd instructive, précisément. Produit de la recherche et de la critique quotidienne, pédestre. Et puis la face plus...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search