Littératures du MM, the week

Petit bougé parmi ceux que je guette pour cette semaine, qui conclura le cours :

il faut commencer par – la fin d’un cours est bien ça, savoir comment il faudrait commencer, trouver l’entrée, l’entame, et pourtant jamais reproductible parce qu’un cours est avant tout un groupe (ou au mieux collectif) énonciatif.

il faut commencer, donc, par : la question de l’adresse d’un tel cours. Ce qu’il fait reprendre avec une précision spéciale la question structurelle : qui sont les étudiants, qui rencontre-t-on, quelle rencontre a lieu. Sa forme classique localement est : « le public Paris 8 ». Ça se présente donc moins comme l’alternative entre s’adresser à des sujets qui a priori savent ou a priori ne savent pas : mais prendre par la question du savoir, du mésavoir et du Covering. De la complexité partagée. Du fait postcolonial, en pleine explicitation.

 

Intéressant que la question de la catégorie « littérature » soit reparue d’elle-même en fin de parcours, au lieu de l’a priori que j’avais posé. Commencer aussi depuis ce point. Et revoir la conception du corpus, alors. J’avais besoin d’un passage par la lentille « littérature mondiale », recours à ce conservatisme. Passer vers les discours, plus librement, peut-être. Peut-être au niveau M plutôt, le choc fait aux attentes est rude pour les débuts de formation, la perte des repères inquiète. Ici, il s’est trouvé que la transition du ghazal à Galland et Said, puis alors Abduh, a été harmonieuse, dans le bon rythme.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.