Impuissance, limite politique – et P. Chatterjee

On peut :

vivre en utopie, en forçant l’espoir dans la lutte. N el-K, ES, parlent du Kurdistan et de la Palestine, et de vie de lutte, et d’inventions politiques révolutionnaires (fédéralisme démocratique expérimenté au Rojava)

étudier le renversement du pouvoir, la redistribution du pouvoir, les institutionnalisations

étudier l’impuissance, politics of the governed (or the oppressed), weapons of the weak – en fouiller les enseignements pour la critique, laisser décrocher les illusions du Récit. Défaire le politisme.

Les expériences récentes de vivre l’utopie en action ou vie directe, improvisatrice, Occupy, zapatisme, ZAD, ici maintenant.

 

P Chatterjee, 4 :

Democracy today, I will insist, is not the government of, by and for the people. Rather, it should be seen as the politics of the governed.

Si gouvernement, avec le trope récent de la gouvernance, équivaut à la forme du pouvoir acquis par ceux qui détiennent les règles du jeu. Le gouvernement comme forme politique imposée à. Elitisation, régionalisation (Western modernity and its outposts), partiellisation. Capture. Dégager alors, c’est le travail, l’espace du démocratique, entre gouvernement et société civile, popular politics. Vu, il me semble dans les différents essais, comme espace d’expérimentations – peut-être plus identifié et wishfully thought par le sociologue que pratiqué reflexivement par les acteurs. Le rapport de populaire, ici, toujours complexe. Qui parle pour le populaire ; qui dit « populaire ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.