Woolf, *Jacob’s Room* – le temps du passage

Woolf. Relue à l’occasion d’un cours à l’occasion du centenaire de Jacob’s Room et al. Émue, mobilisée, émerveillée, de retrouver l’effet de source de ce modernisme : dans le bref chapitre final, “the flowers in the pot shift”. Something like that. De même, instant iconique, que “And then there was cherry tart”. Quelque chose de très subtil, entre les interstices, dans l’épaisseur ou profondeur de la représentation : il se passe quelque chose, rien ; quelque se passe, passe. “Time passes” de To the lighthouse. Quelque chose circule, est animé, qui traverse indifféremment les personnages et les objets, ambiances, airs : qui est le temps passant, il passe en traversant les sujets et les environnements auxquels ceux-ci sont maillés. Question de temporalité. De l’ordre de “Life itself” bien sûr : mais la qualité de sa matière : le temps, pour quoi, par qui ; animé par, pour.

Temps du passage : le temps comme expression, encore. De ? Du devenir, nature transforme du sujet et sens. Le contemporain. Modernisme de l’histoire.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 26 février). Woolf, *Jacob’s Room* – le temps du passage. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://cqfa.hypotheses.org/10206

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search