Séminaire, et séminaire

Je me rends compte de la double entrée dans les pensées récentes au sujet des expériences en séminaire – et de l’importance du séminaire, espace discursif imaginaire ou performé, pour le savoir. Ou la critique. Synonymes ici.

Un peu prête à clore le séminaire animé, rencontrant le désert trop souvent, aliénation dure. Pas sûre d’être capable de fonctionner seulement dans la pratique du livre. La force du virtuel nécessaire pour s’en nourrir exclusivement. Mais la possibilité se profile, s’essaie un peu au bout de l’imagination, disons, sous la forme d’associations éventuelles dans d’autres mouvements actifs, SD, MR, ou autre (peu d’autres ; effort pour les générer sur mon horizon ; aller les chercher, faire les maillages, sans la perte de temps des artificialités ou malentendus).

Et par ailleurs, éloge, irradiement évident, après la même expérience : séance de séminaire désertée et pourtant foisonnante en contact et effets de transsujet.

 

Où un lieu moins désertique, et moins flottant entre disciplines identifiées :  peut-être la sociologie, quand elle est sur ses bords ethnographiques et épistémologiques. A pratiquer comme science humaine, philologique. Ou, pour reprendre le cadre de Saussure, science historique.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search