Mary Douglas

Ah – another hero. Mary Douglas, qui ne mâche pas ses mots, pas ses critiques, assurées et lumineuses. Elle ne ménage pas. Ironie, assez dégagée, d’une universitaire de 45 ans en 1966 ici (Purity and Danger). Gumption.

Sans doute, sa fidélité à Durkheim en tant que Britannique et sa critique des anthropologies britanniques victoriennes coloniales et post victoriennes, endear her and impress me. C’est-à-dire un travail, réflexif et internally critique, sur l’histoire des discours de sa science. Prise par là. Travail sur les “assumptions” scientifiques – et culturelles : commençant par Robertson Smith, âge de l’indistinction (variée) entre anthropologie et théologie, temps d’une (re)construction éthique de la religion (chrétienne) post Darwin. Dérivé sur Frazer, même Cassirer, spécialistes des études hébraïques, homériques, etc.

Famille au service colonial, Burma, et mère catholique, elle-même d’abord employée au Colonial Service ; son mari également famille catholique et coloniale (intersection particulière), à Shimla.

Formation sous Evans-Pritchard et Srinavas, premier terrain au Congo.

Retour heureux dans l’univers de référence de l’anthropologie, aussi. Un chez.

🙂 definitely Francophile, as vector for critique in British anthropology context (and its legacy in Anglicanism and possibly Dissenting missions) : Moulinier classicist on Homer, put down by “an English reviewer who finds it wanting in nineteenth-century anthropology” (34). Siding on the French coast, connects with compounded (via marriage) catholic decentrement, possibly female scholarly position, multiple interconnected singularities. (Elle cité en français, Lagrange, 38. Oops, avec une faute, who’s misprint?)

Enfin : impressionnant en contexte des 1960s : la séparation, le sacré, la différence, la souillure, objet scandaleux dans le moment culturel. Motivations de cette synchronie, à comprendre. Alors même que contexte de Décolonisation, où sa position anthropologie est parfaitement claire.

Un comparatisme clair, et programmatique – derniers lignes du premier chapitre :

Rather than stopping to chop definitions ((i.e. differentiating line between magic and religion) ), we should try to compare peoples’ views about man’s destiny and place in the universe. In the second place we shall not expect to understand other people’s ideas of contagion, sacred or secular, until we have confronted our own. 35.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 4 mars). Mary Douglas. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n9zw

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search