Traduction (avec Bérangère Viennot sur *La Langue de Trump*)

Lue dans la foulée d’Olivier Mannoni sur l’expérience de traduire Mein Kampf et plus largement les auteurs nazis, idéologues et leaders.

Une remarque technique qu’elle fait sur la déverbalisation : yes, passer par dehors de la langue. Se dégager du réflexe (si appris) de la langue.

Parfois la traduction va pouvoir passer par l’intertexte (poétique du traduire : avant tout ça), parfois par la prosodie – dont les distinctions sémantiques qui s’inscrivent par des articulations phonatoires mêmes. I do love a good constraty sentence in scholarly French. Illuminates. Parfois et souvent, par la répartition du poids du sens sur la phrase (et au-delà si occasion). Beaucoup de travail possible aussi dans le modelage des temps. Qui sont expressifs de bien plus que de la temporalité – puisqu’ils portent tant de la situation d’énonciation et de ses sculptures subtiles.

Incidemment aussi : une remarque aussi sur la discrète opération de lissage, correction, réajustement de cohérence, sur les termes détaillés & concrets de l’original, the fine weave, of even the best composed texts. Je ne l’avais pas fait monter jusqu’à la conscience. Il y a aussi des (sic) à évaluer.

*

. tentation des (plaisir des) sur-traductions. Jusqu’à désirer traduire la langue étrangère aimée, dans ses tours et sensualités (l’éros tient à ce qu’on la connaît, intimement, épousailles). En laissant de côté l’interlope, auteur.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 17 mars). Traduction (avec Bérangère Viennot sur *La Langue de Trump*). Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na02

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search