Radio, adresse, public – et livre

J’ai à écrire sur l’expérience de l’entretien radio, ce lundi, et les apprentissages immédiats.

. je parle flou, informations imprécises, langue à la louche. Je reconnais ça d’autres situations d’adresse, l’enseignement, et certaines situations scientifiques. Cherchant plus une sorte d’humeur à cerner sur tel objet (processus de tâtonnement) et humeur à générer chez celui.celle qui écoute, à persuader à mouvoir, à orienter vers l’humeur que j’indique.

. me renvoie : question de l’adresse, sous la forme du trop compliqué, pas assez expliqué, pas clair. La remarque est : « je n’aurais pas dû lire avant », soit, il me semble : je n’ai pas entendu de quoi présenter l’objet à partir d’un point de non connaissance spéciale, point général de l’attente d’information.

 

Il y a à réfléchir ici, mine éventuellement. À écrire – bien pour savoir ! Et continuer à tâtonner.

Le lendemain j’entends, parmi toutes voix que je sonde de cette question, Eric Fassin interrogé ; la qualité professionnelle de sa pratique de la situation de parole. Je remarque, avec plus de relief que jamais.

Ce qui me ramène à Saussure, et l’envie, l’horizon possible, d’un « petit livre sur Saussure », conçu pour décaler la lecture mais aussi pour qu’une intervention sur Saussure (je ne me donne pas une priorité de m’adresser aux spécialistes, le tournant de la lecture étant pour une part assuré et les contributions dans ce sens déjà existantes, même si) soit un poussoung pour « la problématique du langage » plutôt. C’est-à-dire une proposition de perspective sur la philologie et donc sur l’état des sciences humaines.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.