Enseignement : organique / progressisme

La fin d’un cours, je l’ai déjà touché dans un mot récent ici, est son point de départ. Elle permet de former le récit du parcours, d’une part. Le sens toujours au bout de la phrase (GD) ; le savoir toujours rétrospectif, rétroactif.

« Enseigner » c’est donc savoir ce qu’était l’objet à savoir, et auquel former. Et c’est avoir généré, avoir construit, cet objet. La temporalité moderniste paradoxale – seulement parce qu’elle est hétérodoxe au progressisme des discours institués sur l’éducation – : trouver et faire, trouver existant et faire exister créer, suivre le contemporain et le conduire, l’inventer. C’est une organicité du temps, et de la pratique intellectuelle : ici Gramsci comme Freire.

Savoir ce qui était ici, l’ici, et l’avoir formé.

C’est-à-dire que tout cours à l’université est un travail, acte, d’analyse de l’état changeant du savoir et exactement du rapport de savoir qui est la situation de l’université, politique, sociale. Analyse des sens sociaux, politiques, de l’université, ses usages, ses appropriations – ses aliénations aussi mais ici plus évident, pris en charge par la critique.

On sort d’un semestre de cours, éventuellement, satisfait d’avoir compris quelque chose. Et la réalisation que le sentiment de clarté acquise est pourtant non reproductible (ce qui ne veut pas dire vaine ou sans continuation). Modèle et non-modèle, générateur même de nouveaux malentendus à venir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.