Théocratie / théologie politique – critique du califat

Il y a théocratie, avec ses associations habituelles et ses effets de mot d’ordre (dénonciation libérale that is), et il y a théologie politique. N Mouline présente comme ça le kalam du 8e siècle et suite, dans le contexte des fragilités du système califal. Théologie du compromis, propose-t-il, dans le sens où l’expression classique de ces fragilités est depuis la mort de Mohammad la question de la succession au pouvoir politique & à la délégation divine : les formes de la ridda, fitna, groupes d’oppositions, tribus aux ralliements incertains, pression des groupes oulémas et généraux, premier schisme tripartite à la mort d’Husain qui prend forme progressivemen dans le sunnisme et ses ennemis, Abbassides / amides chiites, …

Le thème de la corruption des califes est clé, opératoire génération après génération. Elle est thématisée dans les formes du mythe des califes bien dirigés et dans la sacralisation, explique Mouline, des Compagnons, l’ensemble projetant un « Royaume céleste » sur l’épisode historique des débuts du califat, où la sainteté royale était réalisée et le programme islamique accompli : la société juste. Elle fait étalon contre la transformation du califat en royauté (mulk), et donne le vocabulaire, le discours, pour une critique politique – bon contre mauvais gouvernement, monarchie contre tyrannie (Mouline évoque la référence en à Aristote, 144 dans Le Califat, jusqu’où va la référence reste non spécifié, la falsafa est plus tardive), accaparement du pouvoir, insignes, intérêts particuliers etc.

 

Thème de la corruption, à suivre donc, dans ses fils historiques. Les développements de Mouline sur les oulémas du kalam résonnent beaucoup avec les position, les critiques, d’Abduh, et de bien des réformismes, conservateurs y compris. Trope de la critique, trope de l’opposition – déjà celle de Mohammad dans la société mecquoise, selon le récit de Rodinson.

La corruption : comme effet automatique de l’idéalisation califale. Impossible réalisation, surtout dès que l’empire s’étend. D’où le thème de l’Âge d’or, politiquement fragile et fragilisant. Comme tout Paradis.

Pratiques de modèle, de l’exemplarité, sunna ici. Pratiques, histoires, des idéaux. Mots d’ordre. Pensées de l’ordre social, harmonie, bien – et dont « bon gouvernement » (lui-même un trope historique et localisé, à situer en rapport). Les comparer, pour commencer à éviter l’effet de « cas spécial » pour l’Islam.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search