Newfield : éclairage du point de vue libéral

© photo Le monde

Newfield éclaire énormément. Le point de vue libéral, avec ses conséquences “humanistes” explicites, extrêmement révélateur. Invention forte d’un point de vue d’où reprendre l’histoire de l’université aux US. Sans doute, tout ce qu’il rassemble et orchestre de bibliographie et témoignages, montre une grosse activité d’élaboration et débat tout au long des épisodes et séquences marquantes depuis 1875 ; il ne parle pas seul et n’invente pas, ne rend pas à lui seul visibles, tous les mots d’ordre qui ont agi. Mais : cette orchestration, cette historiographie et bibliographie, donc.

Les effets de situation sur la carrière, les options, les propositions “académiques” – et les positionnements et engagements institutionnels et professionnels – de Merton sont très forts. Reste, une fois que toute cette masse sera intégrée, calculée dans ses implications nombreuses et profondes : la comparaison avec la structure si différente de la construction institutionnelle française. Et ses distributions de pouvoir spécifiques. Singulières, d’ailleurs. L’option n’est pas libérale, clairement – entre républicanisme et héritage catholique ; étatisme et profondeur européenne des généalogies épistémiques (universitaires singulièrement), etc. Où pouvoir situer l’intervention de Bourdieu, clé – mais aussi l’épistémologie philosophique française, l’histoire des sciences, la philo des sciences, ces fils de discours qui se sont inscrits, se sont donné corps. Sciences de la science dans l’archéologie française, et leurs conditions.

Coeur et moteur de Newfield : le point de vue libéral qui permet d’articuler (proposition idéologique, qui fait sa propre construction hégémonique, ou théorie des articulations des sphères sociales) le travail au politique, et au capital culturel. Roses, the priviledges of, or to. Une façon de construire la question de l’autonomie.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 23 mars). Newfield : éclairage du point de vue libéral. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na04

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search