L’Europe comparée par l’Islam

Important, pour parler en comparatisme de l’Europe et du monde musulman – pour exercer la perspective d’une critique islamique -, de laisser le vocabulaire de la démocratie à sa place correcte d’horizon idéal, califat de la modernité, et de parler, comme fait N Mouline, de constitutionnalisme.

On peut dire aussi libéralisme, d’autres pans que le politique s’y articulent, il y a des avantages aussi. C’est l’option de Asad.

ZS, étudiante de cours Litts du MM, répond à mes questions sur ce qu’on pourrait faire à l’université contre le « covering Islam » : intégrer la connexion dans tout, dans l’ordinaire (et spécialement non pas, c’est moi qui note, consacrer, singulariser des zones pédagogiques au monde musulman et questions afférentes). Intégrer les contes arabes et persans dans la trajectoire de la fable sans sauter d’Esope à La Fontaine, intégrer la translatio studii constitutivement dans la construction de la modernité, etc.

On peut donc s’occuper de montrer les actes d’exclusion (Occidentalisme moderne-Nouveau Monde, proposé par Mignolo, par ex.), de rupture et désarticulation.

Drôle aussi l’expérience des petits décentrements pratiques : les Croisades un épisode dans l’histoire musulmane, parmi et non exceptionnelle dans l’histoire sérielle des dangers étrangers (depuis Byzance et Sassanides et jusqu’aux Mongols) et des dangers par scissions internes de l’empire, califats concurrents, princes  « émirs de conquête » régionaux…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search