Sándor Márai – anthropologie, terrain direct de l’histoire

Sándor Márai sur l’Armée rouge, l’homo sovieticus, et les Russes, au fil écarquillé du siège de Budapest, d’abord vécu à la distance d’un village des environs. Au chapitre où j’en viens, il rentre en ville, trouve sa maison en ruines.

Journaliste, et manifestement observateur de finesse, et romancier, mémorialiste ici (Mémoires de Hongrie, rédigées au début des 1970s depuis les US, longtemps avant suicide, 1989 à San Diego – février). Beaucoup à apprendre de ses apprentissages en anthropologie, participative au tragique. (Il parle d’ailleurs, dans la situation des premiers chapitres, de l’expérience commune des conditions de guerre des vainqueurs et des vaincus – façon étrange et pourtant férocement juste, de se désigner en Hongrois sous les Croix Fléchées.)

Comme Klemperer (mais en petite noblesse intellectuelle et en gentil), il vit la double atrocité géopolitique du fascisme puis de la transition au régime soviétique. Lui part en exil. Ou : lui arrive à partir ?

Un étonnement est son thème orientaliste, central jusqu’ici. Il note aussi, je note sa remarque assez au-passage, que “le” Magyar est un Oriental. Il se compte donc, et la Hongrie, comme équilibrée ailleurs, et lui-même comme un “Occidental”, position centrée et centre de gravité, pour distribution du rapport anthropologique (né, lui, en l’actuelle Slovaquie). Je note aussi qu’il indique bien la composition soviétique et de l’armée : il insiste sur Kirghizes, Ukrainiens, Ouzbeks, Tchouvanes, Sibériens etc., “jaunes”, “yeux bridés”, etc. Pas mollo sur. La finesse de l’observateur intellectuel, raffiné, “bourgeois” par métier aux bords aristocratiques, mais sur un fond culturel de Vraisemblable orientaliste. (Il évoque explicitement, rapidement, comme une évidence à indexer pour clarté synthétique d’exposition, les repères généalogiques du nazisme, Fichte développé trop loin trop fort.)

Un de ses points de référence, à valeur similaire au mien dans Klemperer (quoique, l’immesurable incomparable) : l’abbé Sieyès dans la Terreur, “j’ai vécu“, en français dans le texte.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 27 avril). Sándor Márai – anthropologie, terrain direct de l’histoire. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na0i

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search