Budapest capitale européenne

En sillonnant les avenues de Budapest, téléguidés par le discours touristique, particulièrement occultant il me semble. Surfacent avant tout des rêveries d’hostilité, à la sensation d’empire, grosse bourgeoisie, banques glorieuses, institutions pompières, et même dans leur écologie les nombreuses institutions métropolitaines des arts, Académies, musées, universités patriciennes, opéras théâtres académies de musique, des arts, nombreux musées. Réalignement d’une sensation d’histoire européenne, puisque j’y retrouve, mis sous le nez, les somptuosités de Vienne Paris Londres (Saint Petersbourg pour certains aspects, tranche historique plus ancienne et singularisée, plus mince). Le XIXe flamboyant, moral artistique et bourgeois. Je comprends combien Márai va avoir des choses à en analyser dans Embers.

En circulant dans le musée national, créé à partir d’une bibliothèque d’aristocrate à visée nationale (visée publique pour le national), 1820s, post-napoléoniennes Ferenc Szechenyi (père d’Istvan, “le plus grand Hongrois”), fidèles aux Habsbourg : autre confluent majeur versant dans le XIXe, l’une histoire aristocratique, militaire, conquérants, violences des pouvoirs détenus, guerres entre blocs locaux de pouvoir, machisme éclatant. Où sont les femmes…

Je cherche donc, tâtonne vers, essaie de remailler, l’histoire des victoires d’émancipation, crête dans l’histoire des oppressions nationales et populaires, à partir par exemple des cultes également littéraires : Petöfi national mais aussi révolutionnaire, 1848, le Royaume dans ses rapports avec l’Empire, puis 1956 – en passant par les Croix Fléchées et les conditions de leur établissement, 30s. Les sorties du soviétisme, modes, 1989. Ces extrêmes coexistants, alternant. Europe.

Autre thème prégnant dans tout le parcours dans la ville : l’effacement, et en tout cas l’invisibilité, de la couche historique soviétique. Un parc à distance du centre concentre et conserve les symboles, monuments, insignes, marquages urbains, cimetière du communisme. Je regrette le temps qui manque pour aller y trouver les liens imaginaires, symboliques, à refaire, en les ayant sous les yeux. Comme sous les yeux j’ai bien eu des signes suffisants de l’histoire du ghetto de 1944, de ses frayages historiques et commémoriels depuis, et ses minces indices de l’état présent de la postérité de cette période.

Multiples valeurs de l’européanité très évidente de la ville. La pratique de l’anglais, l’effacement du soviétique, la profondeur de l’organisation et empreinte du tourisme, la jeunesse des gens croisés, semblant très à l’aise en manières cosmopolites. Puis politique européenne du gouvernement depuis 2010, que je vais mieux savoir lire. Et régionale.

Dans Mémoires de Hongrie, Márai écrit (imaginairement – car il rédige depuis les Etats-Unis) depuis sont quartier élégant de Krisztina, à Buda sur la colline, côteau ouest, boisé et vert, villas.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 28 avril). Budapest capitale européenne. Ce que fait un angliciste. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na0k

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search