Devenir long des lettres – John Guillory, “déformation”

Oui ces histoires allongées, temps long, rendues possibles, vraisemblables et “donc “pratiquement inévitables” (Otsog !) dans les nouveaux contextes universitaires et culturels pour la littérature et les études littéraires. Jerome McGann (new republic of letters, renewed philology) reste l’expression la plus riche et informée, la plus énergique en élargissement de la vue, dans mes découvertes du champ Humanités numériques et des débats générés dans son émergence.

Mais l’expression que met en place John Guillory dans Professing Criticism. Essays on the Organization of Literary Study (Chicago 202) est une autre proposition de lecture élargie, insistant sur l’histoire réembrassée des formes historiques génératrices des études littéraires universitaires – rhétorique philologie belles-lettres histoire littéraire – depuis l’Antiquité “occidentale”, dit-il en Américain. Historiciser la brève période de “professionnalisation” disciplinaire de la littérature dans les formes, moules, universitaires états-uniens, pour donner à voir les pans oblitérés, “deep infrastructure”. Et resituer le rapport historique entre littérature, culture, éducation, et nouvelle écologie médiatique :

a world of new media in which literature discovers its identity of “old” medium – writing – and in which literary study affirms its role in transmitting the arts of reading. (xvi)

My hope for this book … preliminary clearing of the ground for an effort that cannot be undertaken within its covers, a resituating of literary study and of literature itself in a transformed cultural field.

Il va falloir de l’énergie d’arrachage et réinvention pour s’y mettre. Et quelles conditions professionnelles pour, alors ? (Lui dessine cette proposition : réétudier la formation de la discipline au regard de sa “déformation“. Voir ce qu’il ouvre comme analyse sous ce polème.)



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 9 mai). Devenir long des lettres – John Guillory, “déformation” Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na0m

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search