Usages de l’islam, après 1950

Ici les questions sont tressées très serré. Arkoun dans les dernières pages de La Pensée arabe, sur l’absence – sa thèse et partant son projet – d’une pensée islamique contemporaine, recherche théologique nécessaire, appelée par la situation des pays arabes depuis 1950. Et les besoins politiques, nationaux et sociaux – et économiques, et décolonisateurs.

Le point de regard ici est obligé de porter vers les usages politiques de l’islam, à la fois dans le projet de libération nationale/décolonisation, et dans les situations sociales nouvelles générées par les transformations du développement, de l’industrialisation, etc. Arkoun part de la proposition sur l’idéologie de combat : la pensée arabe depuis 1950 telle. Et développe moins par le socialisme que par les usages de l’islam :

. pour l’arabisation, la Nation arabe, la fierté nationale/grand-nationale, le projet de l’authenticité, la spécificité. Identification abusive de l’arabisme et de l’islam, arabisme promu – aux dépens du panislamisme.

« L’Islam est notre religion, l’arabe est notre langue, l’Algérie est notre patrie », slogan des ulama d’Algérie.

. les initiatives « religieuses » d’Etat, mosquées, associations de bienfaisances, confréries, fonction sociale, pratique politico-économique : « ce détournement de la fonction proprement spirituelle de la religion vers une fonction séculière et idéologique » (113). Mais absence d’une prise en compte théologique de la religiosité des masses (alors que la période classique l’avait fournie).

. islam comme recours contre imitation de l’Occident, déséquilibres de l’industrialisation ; légitimation des lyres contre l’impérialisme

. selon Arkoun : le défaut d’une pensée de l’Islam, corrélative au « prestige du modèle socialiste de développement défendu par Michel Aflac » (Ba’th) dès 1946 puis Nasser, FLN, et Ben Salah en Tunisie.

 

Prendre les flashpoints contemporains autour de l’islam par les usages politiques, usages pour le pouvoir et le contrôle. Et les luttes sociales. Voir ici ces dialectiques. À sonder dans une sociologie des Printemps arabes, sans doute.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.