Politico-religieux dans la formation de l’Islam – peuple

Suggestion, par un nouveau sondage dans l’histoire de l’islam, quant à l’attelage historique du prophétique et du politique. Résistances au royalisme omeyyade, de la part des tribus qui y voient la dissolution des libertés tribales, mises en esclavage politique, et relégation à l’avantage d’une famille ralliée à l’islam tardivement et stratégiquement après avoir été son ennemi direct, ainsi qu’aux nouveaux venus récemment et stratégiquement convertis. Résistances intellectuelles des ulama voyant la priorité de l’islam se dissoudre dans les nécessités politique de la royauté également.

Entonnement des nouvelles perspectives qui sont suggérées par le chapitre de Patricia Crone, « The Rise of Islam in the World », dans Illustrated History, ed. Frances Robinson.

La possibilité ici est de comprendre la tendance transhistorique à l’islah, et au retour à l’Age d’or prophétique, purification et dénonciation des corruptions, comme l’interrogation de cet alliage spécifique aux conditions du 3ème monothéisme, communauté religieuse et organisation politique et énonciation de la loi. Quand les coordonnées du politique se sont développées, pendant la conquête, en royauté omeyyade puis en empire abbaside, c’est l’autonomisation du politique, et son processus de transformation militaire et multiethnique de la société, qui a constitué le front de résistance.

Est-ce qu’on peut lire les 3 guerres civiles par ça ? Partis distribués dans les différentes options vis à vis de ce problème ? Voir exactement.

En plaçant en comparaison les dispositions du politique et du religieux dans les monothéismes en formation, cas du judaïsme et ses conditions (peuple élu, peuple banni, diaspora), cas du christianisme et les siennes, en dissidence dans l’empire romain et ses longs épisodes en variation. Islam comme peuple élu également, et magnifiquement confirmé par les conquêtes comme signe de faveur divine.

La question est celle de la participation politique, tribale et segmentaire en état ante, et captée par la royauté qurashite. Centralisation, captation, nécessitée par la gestion de l’empire conquis : territoire, gestion des peuples soumis, manœuvre de l’armé professionnalisée, tension de rapport salaf entre autorité religieuse et pouvoir.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.