Asad, Saba Mahmood : réenchanter la religion ?

Première lecture de Saba Mahmood, dans Is Critique Secular. La communauté de projet avec Asad est à noter. La critique du libéralisme, ici dans sa logique juridique (discours légal – concept du blasphème saisi dans ce cadre), et la thèse pragmatiste. Renflouer le côté islamique mal traité par la situation idéologique contemporaine par une pragmatique du religieux, pratiques, incorporation, hexis habitus et ici schesis (Aristote, do we really need…), affects, non identités mais relations, critique du signe (oh god, totem Saussure once again, immediately suspicious to me, of a state of scholarship) pour une louange de …  ; critique de la religion vue comme (individual) belief, opposée à sa vue comme schesis : way of life, exemplarité de Mohammad humain.

C’est avec un horizon qui met les « bodily practices » (81) dans une histoire de l’Etat moderne en Europe, une historicisation du biopolitique. D’accord alors, mais c’est à poser avec délicatesse, entre incarnation et incorporation. Le corps n’est pas approché dans la même direction dans les deux cas : corps après coup, corps du bout de la phrase, corps discursif.

 

En regard des constructions de l’habitus pour la sociologie, Bourdieu, on est loin d’une proposition majeure. Il y a quelque chose d’un peu faux dans le grand déroulé de l’argumentation, j’y sens un peu des enjeux de narcissisme, avoir la parole, dérouler sa technique.

Et il est possible aussi qu’entre Asad et Mahmood, il y ait une différence d’outillage pour penser le langage. Asad passe par la traduction et il me semble par l’énonciation, Mahmood il me semble plutôt par le jeu de langage juridique sans sortir de son jeu. C’est à continuer à tester.

J’ai encore quelques dizaines de pages pour corriger mon avis.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.