Passion de l’Islam : transformation critique

Passion de lecture tous azimuts sur l’Islam, persistante depuis maintenant longtemps, alors même que je tente d’en décrocher de temps à autre par crainte de défraîchir le désir – tenace manifestement.

En particulier la lecture blue-sky, reprenant bien le grand récit de l’Histoire (mais dans les termes d’historiens modernes et critiques, travaux impressionnants, perspectives travaillées et pointues, de Rodinson à Robinson et Mervin et Mouline) – passion de laisser se faire la transformation du point de vue sur l’histoire du monde, voir la traduction se faire, voir les recalculs dérouler leurs significations. Critique islamique de l’Histoire. Replacer : les Turcs, les Francs, les Croisades – important ici, pour leur fonctions d’idéologème transhistorique, alors que dérisoire parmi la mêlée des peuples en conquêtes mutuelles et autres migration – , les géographies, la religion !, le pouvoir et le politique, …

Permet de faire respirer les questions de l’Etat, en particulier. De la diversité et de la mutualité des peuples. Du peuple et du politique. De la religion comme mode du social, éclairant l’histoire de la relation anthropologique infiniment signifiable entre société et organisation du pouvoir.

La conversion est particulièrement intéressante, comme toujours. Explicite des stratégies du social/symbolique. Et alors l’histoire des sectes et confréries.

L’empire également intéressant, pour les mêlées des peuples (et minorités) et langues. Encore une fois : situation prophétique de l’arabe, mais situation administrative du persan pour le califat (abbasside je pense, quand passe à Bagdad puis se déporte encore vers l’est avec divers mamelouks turcs etc.) entre autres.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.