Public : parler hors université

Expériences toujours imprévisibles des prises de parole dans les modes et lieux culturels, hors situation universitaire. Étonnements bipolaires : heureux contacts et alors le bonheur de cette ouverture des sphères (qui est celui d’avoir un public, l’université n’est fournissant pas vraiment hors enseignement), faillites comiques, un peu cramoisies, qui vous renvoient à la diafoirussade ou au privilège.

Un apprentissage récent, avec la Fabrique de l’histoire (documentaire d’Anaïs Kien sur FIRE!!, passé le 23 janvier – expérience de l’entretien, puis audition des effets du travail de montage et de lecture/édition des discours recueillis) : il faut avoir your own ulterior motive. Avoir quelque chose à dire. Simplement. Surf the enunciative situation. Qui permet une pensée pratiquée du rapport au « public ». Penser le rapport existant, penser comment s’y projeter, quelle stratégie pour le travail critique qui est l’ordinaire scientifique.

L’expérience – comme toute énonciation – permet cet apprentissage. J’en suis reconnaissante.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.