Mernissi sur le Prophète – méthode

Dans tout Le Harem politique, et donc, sous-titre, Le Prophète et les femmes,  Mernissi exprime admiration et amour pour l’homme Prophète. Je ne m’y attendais pas forcément, qualité de critique islamique donc, sans sortie ou rejet de l’islam, hors position séculariste. Un rapport, aussi, un peu enchanté à l’égalitarisme musulman originel.

Non seulement une admiration historique pour les acquis de son vivant, où je suis en ce moment dans sous (presque) le même charme qu’elle, mais amour de culte, contemporain, pour le Prophète vivant en quotidien des valeurs. Un des tropes religieux, qui fait une méthode du livre et une méthode de la critique féministe : reprendre les Hadiths et leur véracité historique, reprendre la vie exemplaire du Prophète et de ses femmes ; ici la question du Hijab, séparation entre espace privé et espace communautaire de la mosquée et des disciples. « Comment vivait le Prophète, quels rapports il entretenait avec ses disciples, ses femmes et ses concitoyens, et dans quels lieux »…, 139-140.

De même donc que de ce glisser dans le sillage des disciplines herméneutiques de l’islam. Le frayage et la bifurcation féministes depuis là – suffisamment exorbitant qu’une femme y parle, y lise. S’y approprie.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search