Sociologie et religion

Bien sûr, tout ce que la sociologie doit à son objet structurant : la religion. Côté Weber, mais aussi Mauss, et al. Et religions comparées, et ligne de partage (héritage de, contexte existant quand la discipline émerge) entre anthropologie et sociologie, sociétés de là-bas, sociétés d’ici. Une modernité de la prise sur le religieux.

Croyance, illusio, salut, communauté symbolique, et tant. Symbolique de la société.

Fabien Truong (reprise de Jeunesses françaises, après trop longue interruption) se lit en cursif, très récits de vies, très dans le fil, mais nourri constamment par la théorisation sociologique classique et contemporaine (références abondantes, réseau bien proche), et très en mode  de sociologisme : analyses par les habitus, par les sens indigènes/acteurs, par les objectivations du sociologue – toujours un peu choquantes comme les interventions psychanalytiques sont choquantes, dénudations, coupant les discours de lissage, coupant le souffle d’un confort social (statu quo, ordre). Coupant dans la croyance, dissection, vivisective.

Je reprends cette note sur le rapport généalogique entre étude du religieux et sociologie, en  croisant aussi un développement de F Truong sur la convergence, pour l’un des acteurs « banlieusard » étudié, entre « mise au travail », ou « ascèse universitaire », et engagement dans la pratique de l’islam, deux « promesses de salut en ‘affinité élective’ » écrit-il, 93.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search