Mondialités islamiques : visée

Excellente séance des Mondialités islamiques hier soir, Thomas Brisson, parcours croisé de T Ramadan en GrandeBretagne et en France.

Je retrouve le fil du travail engagé avec le projet de ce séminaire, facile à perdre dans le calendrier haché de la vie universitaire. La qualité, l’histoire distinctives, plurielles bien sûr, des transnationalités du monde musulman et le concernant. Comment ces séquences à relire dans l’histoire, y récupérer (avec les débats et discours qu’elles ont généré), viennent faire levier sur les interprétations de l’ordre mondial, mondialisation et ses passés généalogiques. Se lève par exemple immédiatement la question de l’empire, ses « fluidités » (TB), Cooper et Stoler, généalogie critique, toujours à poursuivre, de l’Etat-nation moderne.

Des configurations historiques (soit : changeantes) de l’étranger. Leviers critiques car excentrées par rapport au cadre d’interprétation dominant.

En affiner l’histoire. Plusieurs points de bascule sont bien identifiés, dans la présentation puis dans la discussion, permettant une lecture, relecture reconnectée des décennies et évolutions transformations de la Mondialistion. Les générations ici aident à ponctuer : grand-père, père, fils. Les exils successifs, les politiques / stratégies du transnational, les positions changeantes dans les situations qu’on voit également changer, se caractériser, sous l’analyse.

Reste, en travail, la plus grande perplexité quant à la caractérisation du travail engagé ici. Poétique très loin, histoire mondiale mais en mode instrumental et sans prétention à, à peine histoire des discours, même s’il s’agit bien de cas d’intellectuels/clercs/militants. Histoire de l’étranger, sans prétention à la méthodologie. Certainement, histoire des discours sur l’étranger, des débats sur et des inventions pratiques quant à l’étranger.

Poétique : l’historicité du social, comme culturel et comme politique. Les formations sociales, les bifurcations, réinventions – conversions, prophéties (ces nouveaux tropes des poèmes de peuple que je me mets sous les yeux avec le champ de l’islam), mouvements, mots de passe vs mots d’ordre. Institutions et leurs « vocabulaires ». Et méthodologie – critique des positivismes, même matérialistes, de l’histoire – de culturalisme, symbolisme, sémantisme. Discours.

Culturalité du pouvoir. Duh. Tous le détour à refaire pour rafraîchir ces évidences pratiques, en contexte de disette de conditions pour une recherche continue.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search