La romance de publier

Je suis tellement tenue, de si longue date, par la romance de publier : mes héros des écrivains, la figure de la réussite d’une vie l’écriture + publiée, aticulation idéale d’une question narcissique/socialisation très intense, etc. Et puis je me trouve devant un autre bout du scénario, d’une simplicité immédiate : qui est-on, qui sont-ils, pour s’avancer, parler à, publiquement ? La publication reconnaissance auréolée, bien, surtout vécue (s’agissant des publications des autres, cultes de, et des rêves projetés de publications siennes) pour besoins  de petits mythes pratiques, qui sont aussi des pratiques de socialité, une façon de se retrouver dans une culture  – et puis la publication comme acte de publicité. Pour qui se prend-on. Le tout à fait non-naturel de ça. Strikingly so.

Quand je suis rentrée en formation profession littérature, cette romance s’appelait l’écriture. Emphatiquement. Génération des vulgarisations de Barthes et Derrida et al. Idéaux de khâgneux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.