Accumulation des savoirs – science et culture ; histoire et ironie otsogaines

Aron le rappelle au sujet des apories de Weber sur le jugement de valeur dans la science sociale (tel que discuté avec Leo Strauss, 1954 – 1959) : que la relativité de la vérité diffère en sciences de la nature et “sciences de la ‘culture’ ” “telles que les interprète Weber : une fois voulue la vérité mathématique ou physique, le devenir de ces sciences est accumulation.”

Est-ce exactement sur ce fil que l’ironie otsog se porte, avec l’histoire des réinventions historiques mais digressives, pérégrines, OBI, oubliées, redites, prédites et “anticipées”, varied vagaries, de la comparaison des géants et nains ? La science dans ce cas, comme modèle épistémique (moderne), caractérisée par une conception pratique de l’histoire (du savoir) ? Modèle culturel historique, une culture, de l’histoire (dont l’objet paradigmatique serait le savoir alors, as opposed to what dans ce cas ? La religion, la Chrétienté (peut-être un objet très premier, pour l’histoire de l’Europe émergent de la ruine de Rome), la nation [elle plus tardive en fait, au contraire]) ?

L’autorité, alors ? Y a-t-il une caractérisation qui se marque par cette distinction : autorité / accumulation ? Le schème du Progrès, à sa place ici.

La distinction distribue aussi, peut-être, culture et science. 



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 21 juillet). Accumulation des savoirs – science et culture ; histoire et ironie otsogaines. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na1k

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search