Interpellation générationnelle – Olivier Roy sur la situation de la culture

Olivier Roy curieusement maladroit, en entrée de L’Aplatissement du monde. La crise de la culture et l’empire des normes (2022) sur un état de questionnement actuel, que j’indexe pour ma part depuis un moment au sujet néolibéral. Introduction confuse ; traits incertains sur “norme”, comme forme proposée pour l’objet à saisir. Incertitude sur les plans des realia et des discours.

La surprise est : la pénétration de ses travaux sur l’islam, la saisie du rapport entre culture et politique, dans des dimensions larges épaulées et ambitieuses si aussi informées dans le grand détail, la capacité donc, précisément, à articuler ces plans délicats – pour raisons d’actualité, de sensibilité, mais aussi de force théorique, de musculature dans l’imagination de l’anthropologique. Ces questions, ces enjeux étant si profondément enracinés conceptuellement, si exigeants à bouger.

Génération 1949. Quelques points dans les premières pages indiquent une scène que je connais de près aussi (génération encore commune dans ce sens) : il se prend dans la figure le même choc que beaucoup, et dont moi. Oui un changement de régime. Qui engage car embarque tout acteur, dans le discours nécessairement commun. “Générations” (autre terme lieu-tenant) critiques clivées. Des progressismes dépossédés de leur certitude. Interloqués, interpelés. Dernièrement, d’autres termes, formes dans lesquelles se coule l’interpellation : libertés académiques. O. Roy va certainement en passer les formes en revue, diverses, à cartographier.

L’étonnant donc : est la prise d’abord confuse, telle qu’elle me paraît se poser en début de lecture. Et les réflexes surpris : la politologie ici ? Et la politologie du culturel ? Je note qu’il avait fait un livre avec JF Bayart, 1993, entre autres collaborations significatives et évidemment constructives : Bayart aussi a un parcours – d’envisagements critique – remarquable, problématique, et “fâché”. La saisir du culturel semble démunie ici, surprise hors de ses gonds. Supposer une désintégration du culturel ?? La proposition des normes – est vraiment à construire encore, et semble de seconde main, mal assurée, tâtonnante. On va voir comment la construction.

– Indice de l’étonnement : le parcours de travail, série des publications (impressionnante, y compris par la lisibilité d’un parcours de problématisation qu’elle montre), fermement alignée, et soudaine cette rupture. Une interruption. Quelle exactement. Fait sortir des gonds. Et fait reprendre la ligne aussi ; réarticulation. Passionnant de voir comment. Mais peut-être décevant. La déflation, décompensation, possible.

– Mise en suite surprenante avec 2002, les Nouveaux Réacs, moment Lindenberg. Ce fil a tirer ? Ce fil tiré ? Il poserait la question de la “victimhood culture”, par ex. (première anecdote d’entrée en matière, prise de 2018 d’ailleurs, référable à la perspective de The Coddling of the American Mind, Haidt et Lukianoff, 2018) dans les termes d’une continuation, fil évolutif, des NR ? Prendrait ce fil pour cadre pertinent pour traiter les questions actuelles ? Reprise française dans ce cas ?

– Indice, évidemment, d’une “tâche” critique en effet considérable. Déraciner des méthodologies disciplinaires et critiques entières. Recontextualiser. Refaire les arsenaux.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 23 juillet). Interpellation générationnelle – Olivier Roy sur la situation de la culture. Ce que fait un angliciste. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na1m

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search