Olivier Roy en polémiste

La sortie de route : du propos de recherche au mode polémique. Essai vs étude. Le cas d’Olivier Roy est, j’en suis toujours là aux premières pages premier ton, très étonnant. La contradiction est cinglante, la lecture prenante.

Signalée par divers tropes reconnaissables – exagération idéelle et emphase rhétorique, confusion des plans (toute l’échelle des faits aux discours – par exemple “culture” avec “concept (“normal”) de culture” ), confusion droite gauche (dont certaines, toujours, tout à fait éclairantes et déshabituantes, chocs : électriques*), objets démesurés (civilisation, monde, crise, apocalypse), et al. Vocabulaire et manière par moments aigre, insultant, méprisant (“chacun … petit censeur de soi-même et des autres”, p. 20) ; affect de la polémique sans-joie. (La polémique est un genre qui ne pardonne pas : le haut vol est indispensable.) Aussi : un rebrassage d’une littérature rarement rencontrée hors ces essais dans les parcours de lecture scientifiques mode la “science normale”. Je découvre Le Camp des saints, Jean Raspail, 1973, manifestement un repère, et donc une lacune dans ma culture du genre. Il y a aussi un affect ingrédient plus sympathique, celui qui contourne visiblement les bienséances bibliographiques et va frayer, scandaleusement – c’est le plaisir – parmi ces lectures ; les rapporte à la bibliographie de la discussion publique, intellectuelle. J’aime toujours cette oserie là.

Y a-t-il quelque chose à comprendre de réflexes différentiés entre approche anthropologique et politologique ?

La polémique à ses temporalités, par exemple. Un de ses signaux sera la déshistoricisation, et le temps élargi au mythique, mythologique. Parlant, chronologisant, en termes de civilisation-s/0 (sans le pluriel éventuellement).

Éventuellement marquant aussi : qu’entrer en polémique soit si générique. Codes et culture du scandale, de la voix off, de la sortie de la “science normale” – dans cette direction. Agrégeant alors en effet une bibliographie, par naturel intertextuel du genre.

* j’aime bien : “tout le monde se vit comme appartenant à une minorité menacée, dont il faut défendre les droits et des espaces protégés (safe spaces, zones à défendre, gated communities, frontières nationales)”, p. 19.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 24 juillet). Olivier Roy en polémiste. Ce que fait un angliciste. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na1n

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search