O. Roy : devenirs du rapport culture – politique, 1960s-2000s

Souci d’O. Roy : observer, faire sens, des rapports entre culturel et politique ; suivre ce fil, et suivre ses torsions, ses détours, revirements, évolutions. Les “quatre mutations” (hétérogènes, programme a priori bancal, si l’hétérogène n’est pas repris pour lui-même comme indice de la plaque tournante où les réarticulations d’hégémonie sont à l’œuvre) sont données programmatiquement pour organiser cette observation des décennies depuis les 1960s (cette périodisation elle aussi interrogeable).

Ceci dit : le fil en question est évidemment l’important en effet. Et l’avancée le long de ses parcours est assurée par les réflexes instruits, sûrs, sur les rapports Nord-Sud disons (pour aller vite, ce ne sont pas ses termes, et son terrain est plus pointu et donc critique : le religieux comme question de l’articulation du culturel au politique ; les terres d’islam dans leurs histoires modernes et postcoloniales) ; le devenir du religieux en Europe.

Donc suivre son parcours, ses moyens – ses réflexes d’ailleurs, en tant qu’auteur d’O. Roy. Quand il cherche par exemple à comprendre comment sont liés exactement culture et “valeurs“, se débat avec les cadres états-uniens de l’histoire des “culture wars“, s’impose le cadre toujours casse-gueule de réfléchir à partir d’un corpus de références spontané  France & États-Unis. Avec sa bibliographie, reconnaissable.

Un scénario flotte vaguement, n’est pas loin : panique devant le devenir culturel. Comme dépolitisation ? Dit explicitement : non seulement changement culturel mais fin de la culture. Par un agent pour l’instant assez difficilement hybride : code (culture numérisée) et identité (sujets, entre autres, de la victimhood). On va voir comment il arrive à faire sens de cet assemblage original, comme déculturant.

Boltanski & Chiapello avec la critique artiste ; les Fassin avec du social au racial. Travail à immigration – et communication, réseau. On a des formulations des mutations du rapport des sphères “culture” & “politique” – territoires de la, du – qui sont déjà, et encore, classiques. Caler la lecture, la poursuite dans l’évolution de cette l’évolution, par rapport à ces repères déjà classicisés ; et continuer à ajouter les coordonnées nouvelles – les effets de la numérisation en effet (proposition centrale de Roy, soulignée à juste titre par lui-même et par Antoine Garapon, qui m’a fait connaître le livre, émission FCult d’octobre), cruciale. Parmi d’autres, voir quelles.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Joubert (25 juillet 2023). O. Roy : devenirs du rapport culture – politique, 1960s-2000s. Ce que fait un angliciste. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/na1p


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search