Éros de la polémique – O. Roy dans

Malgré le mauvais goût, malgré l’aigreur aussi, plaisir de la polémique – surtout une bonne vieille, qui revient repasse se rééclaire, qu’on s’y retrouve, en vieux partenaires, et  praticiens de durée.

Comme sa méthode amalgamante, trope technique caractéristique (les adjectivo-qualificatifs, dont Taguieff m’a fait modèle, en sont un emblème), ne gêne pas. Règle de jeu, dépense nécessaire et prix d’entrée. On doit pouvoir brouiller les lignes, pratiquer des raccourcis éventuellement faciles et des analogies décoiffantes. Ça peut chiffonner – c’est l’humeur, et la fertilité éventuelle. La joie, décompensation. La joie mauvaise, dans les cas durs.
(Un autre droit pris, à la barbe de, n’en déplaise : la psychologisation. L’hypostase aussi – fétichisation, personnalisation, projection des affects.)

Drôle comme ce passe-droit, sortie du vraisemblable, ébouriffage, à ses règles et sa tradition, genre très balisé, histoire littéraire très cernable. Avec des traditions nationales, des cultures de – et alors des circulations internationales, le long de fils géoculturels reconnaissables (Inde-Italie fasciste par ex., je recroise ce réseau tout récemment, en reprenant le sillage d’Ambedkar).



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 26 juillet). Éros de la polémique – O. Roy dans. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na1s

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search