Janice Radway : popular, literature, culture, aux 1980s

Thèmes de vacances, lectures buissonnières : c’est reprendre des intentions de lecture très anciennes ou lointaines, des classiques profonds, des étrangers distants du temps affairé.

Janice Radway enfin (depuis le seuil des 1990s, époque de l’entrée en recherche), sur la romance, et l’activité de lecture de la romance dans ses pertinences sociales. Passionnant à suivre de près, ce qu’elle fait, comment elle façonne son terrain, crée son objet, donnant existence et caractère à plusieurs projets qui se croisent et se confirment mutuellement, en incarnant un carrefour d’époque – études féminines des débuts, avec référence psychanalytique et sociale (aller chercher les pratiques culturelles des situations des femmes, housewives, teenage girls… Ce qui détermine des zones culturelles jusque là indéfinies, même si bien intimement connues, dans leur connaissance indigènes, et place la culture dans des zones pour elle inhabituelles, populaires) ; nouveaux rapports de tension, par poussée marxiste, des American Studies aux US, en dissidence de English, et parallèle avec les frayages des Cultural Studies anglaises, à l’époque encore très soigneux méthodologiquement : très jaloux de leur démarque, très précis dans leurs gestes de distanciation sur méthode et sur contour des objets. Le soin de ces travaux, dans leur temps d’originalité et d’invention critique. Qui forme un nouveau rapport de l’université avec sa société, une nouvelle culture critique et disciplinaire – tension, justement, sur la catégorie de discipline. (Certains auteurs attachés à l’étude textuelle et ses traditions philologiques en rendent compte actuellement comme d’un temps de désarticulation : entrée, par ex, dans un temps de l’interprétation, vs la philologie simplement érudite, étude des lettres et souci textuel de la culture – McGann ; Guillory même le discute.) Très vite on aura Allan Bloom : 1987, une décennie plus tard.

Années préoccupées de “the politics of research” (ex L. Grossberg, et chercheuses féministes – le mot d’ordre est original à l’époque, dans ces termes précisément en tout cas, car Eliot Leavis et les New Critics américains, et Arnold raconte l’encore plus tôt), de “the politics of popular fiction” (réf p. 15).

Très éclairant, les pendules remises à l’heure et la généalogie ressaisie, sur les termes actuels du débat sur le féminin et le genre, sur le cadre de l’identité en particulier. Sur les classes, évidemment. Et sur le travail d’intégration dans le champ de l’étude (par l’ethnographique, par la notion de subculture, celle du populaire, celle de culture même – mise en jeu autrement et ailleurs -, et bien d’autres outils générés dans cette époque) de ces zones culturelles mises en lumière, arrachées aux ignorances sociales et culturelles. Temps de mise en place, ajustement, essayage, de ces outils & catégories. Réarticulations des donnes disciplinaires, installation de territoires hors, puis eux-mêmes constituants.

Le travail qu’il y a à faire, du même ordre, dans les situations actuelles. Et qui se fait, évidemment. Où, par quels nouveaux outils en façonnement ? Et quelles évolutions culturelles, institutionnelles dans les savoirs, médiatiques évidemment, et de quel ordre encore (c’est la visée du travail que de le déterminer justement), font que ce scénario n’est pas rejouable, et qu’il faut aussi réinventer les voies pour l’invention des saisies pertinentes. En études littéraires, tâche cruellement entravée, inimaginable – ou imaginée, peut-être plus précisément, dans des voies qui me désolent et m’échauffent. Commencer ici 📌.

Une prise : “genre” writing. Relief même de la notion utilisée comme auto-référente, “genre” comme indication d’un rapport à des productions culturelles, à rapprocher de “cult” ou même “kitsch”, “following”, fandoms. Un rapport au culturel, et pas seulement un rapport où une pratique culturels. Sophistiqué, autoconscient et avec une dimension parodique intégrée. YA, toute la gamme des horror (dont les serial killers par ex, et ce qu’on appelait peut-être des “urban myths” – des “mythologies” mais sans la dénivelée sociale qui a intéressé Barthes), les jeux vidéos devenus espace culturel élaboré en tradition, escape games, genres YouTube Insta TikTok, littératures 2.0, etc. Par exemple les échos discrets que donnent les étudiants de leurs pratiques culturelles et artistiques – beaucoup de musique.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 30 juillet). Janice Radway : popular, literature, culture, aux 1980s. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na1u

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search