Postmoderne et néolibéral – Olivier Roy, index

Il y a avantage a considérer le rapport entre ce qu’on a désigné et discuté sous l’étiquette de postmoderne (ici dans la bouche des détracteurs principalement, je veux dire) et ce que j’essaie de cerner actuellement, au milieu des échanges agitations et échauffements, autour de néolibéral. Le rapport importe parce qu’il ne s’agit pas d’une opposition, et que des réaiguillages de valuation ont eu lieu entre temps, effet justement de l’évolution hégémonique. (Le fil de la critique artiste, toujours clé ici. Et donc celui des artistisations – de l’industrie, du management, de la créative class & creative work, de l’Université, de la valeur générale – figure typée de la valeur d’échange ? 💭

Même appréhension au sujet des Modernismes, que le centenaire de 2022 m’a donné l’occasion de reprendre, et laisser réenvisager.

La crête qui est en jeu ici est celle de l’attelage entre culture et politique, chaque fois renégociée, réarticulée. Toujours aussi exigeante en investissement théorique, les épiphénomènes se donnant pour des états existentiels (“crise de la culture“, qui préoccupe Olivier Roy dans son nouveau livre, dans le fil d’un genre littéraire, de la famille de l’essai, après bien d’autres auteurs soudainement interpelés et prenant la parole publique) quand ils demandent des réinventions théoriques de couches profondes. – Pour lesquels, par exemple, des outils d’anthropologie et de poétique sont indispensables, sans quoi déploration et saisie floue.

On se préoccupait déjà, avec anxiété, de la position gauche/droite du postmoderne. Comme remise en cause des modernismes, situés par leurs porteurs et partisans du côté de l’avant-garde (cette place ambiguë par définition). Position contempteurs conservateurs, ok ; position dubitatifs marxistes traditionnels, ok. Les intéressés explorateurs des ambiguïtés : Jameson. Lyotard, Deleuze & Guattari, Foucault : étaient déjà dans cette zone, qui morphe vers le néolibéral (Foucault particulièrement repérable et repère, sur les économistes autrichiens, précisément au point de la Naissance de la biopolitique), indexée entre autres par la catégorie – avec laquelle je continue à avoir du mal, dans son champ complet d’implications, et de genèse – de biopolitique.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Joubert (1 août 2023). Postmoderne et néolibéral – Olivier Roy, index. Ce que fait un angliciste. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/na1v


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search