Ambedkar, du haut et du bas – sujet de la Riddle

Ce qui se décide et se dessine, s’invente très in-the-plain, au jour le jour de la traduction. Je pars donc sur deux lignes en même temps, Annihilation et Riddles : les deux types d’adresse (les ? – c’est un pari de départ, imaginant deux pôles d’énonciation peut-être maximalement distants ?) : la logomachie dans l’anti-colonialisme et la projection nationale, et l’éducation, dans un sens fort, de “la masse commune des Hindous”.

Dans Riddles, la langue est rude. La brusquerie fait partie du répertoire rhétorique, à l’exhortation, edux. L’Introduction déjà, qui s’adresse plus largement, comme annonce d’un projet énonciatif – et les Riddles elles-mêmes, j’y entrerai demain. L’Anglais plus grossier dans ses articulations, il s’agit de force et de forcer. Des langues passent là-dessous, et des discours associés à des parlants – qui sont à imaginer, à voir apparaître ; à identifier jusqu’au point où on est capable. Il y a aussi une part d’inconnu, d’à-venir, évidemment, dans cette interpellation. L’Indien inconnu, celui des refoulements systémiques, “devices” for it “exposed”. La forme, le genre proposé, de la Riddle l’indique, l’Intouchable, sujet de la Riddle.

The hammering of Bhim.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 3 août). Ambedkar, du haut et du bas – sujet de la Riddle. Ce que fait un angliciste. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na1y

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search