Ce qu’on enseigne – ici maintenant le travail culturel

La question est donc, exigeante, loi de fer, et trop rarement le loisir est donné pour l’examiner de franc front : qu’est-ce que l’enseignement en ALSH enseigne aux étudiants, de licence par exemple ? Que faut-il enseigner, que “ne peut-on plus enseigner”, qu’enseigne-t-on – avec dans ce cas un éclatement prometteur de “on”, qui est ce on … (How We Think, pose encore Hayles, alors qu’elle cherche l’innovation et les résolutions.)

J’avais aimé tout le possible dégagé par le travail de R. Bodin et S. Orange sur les usages effectifs, performés, pragmatiques au sens non-cynique, des années d’université. 2013, L’Université n’est pas en crise. Égale à son propre rôle et son propre état, et traversée de partout par ceux qu’on la presse à jouer.

En conversation d’amitié professionnelle hier, sort un écho : un collègue senior, déclarait à son départ en retraite déjà ancien son sentiment de décalage par rapport aux étudiants des générations en montée. Je m’en étonne, pensant spontanément à ce que je vois comme des mutations factuelles mais qui doivent aussi leur interprétation à ma position dans la chaîne des générations, naturellement.

On enseigne :

clairement, des habitus, et des habitus de l’autre ; exposition à, constitution d’, un catalogue des autres. De plus : des possibilités d’entrevoir, dans le champ des significations. Des récits enrichis, pluralisés, du culturel. Des estimes de soi ; des écrasements institutionnels aussi. Des savoirs de négociation avec l’objet des transactions universitaires (contenus de savoirs, mais bien d’autres types aussi), le contenu et ses contournements ; des connaissances de décalages culturels, sociaux, préprofessionnels. L’insu, l’inconnu : leurs dimensions matérielles. Ces connaissances, acquises à travers la relation pédago-institutionnelle et non dans son canal, ont leur valeur théorique et pédagogique – seulement savoir elle se situe.

” Qu’est-ce qu’enseigner la littérature anglaise ? ” Question identitaire du DELA, elle a sa belle naïveté, et son brutalisme théorique ; elle a son goût d’époque et elle permet de former tout autant la forme actuelle de la même ligne de question. La “littérature anglaise” s’étant beaucoup transmuée dans ses valeurs dans l’entretemps.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 4 août). Ce qu’on enseigne – ici maintenant le travail culturel. Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na1z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search