Âge scientifique – 30 ans

Je ne m’attendais pas à l’extraordinaire ressource d’avancer en âge, et d’accroître la longueur de la vue. Élargissement du comparatisme et de l’historicisation. Visibilité progressive des fonctionnements institutionnels, sociaux, culturels, qui permet en relais une réflexivité active. Vérifications des hypothèses sur les effets et formes réalisées des relations de médiation qu’on a étudiées. Transforme d’à peu près tous les objets des ALSH.

Il y a le recul, dont l’effet de génération est un opérateur frappant. Et évidemment la densité des résonances des lectures. L’addition des expériences étrangères, suivies par des lignes de veille même flottante – c’est qu’on sait comment lire les énoncés qui montent dans ces échos intermittents.

Je me souviens d’une biographie intellectuelle de Freud, racontant 3 grands temps de réinvention théorique majeure, et soulignant l’exceptionnelle créativité d’une vie savante par trois fois. Et donc la question des âges de la créativité intellectuelle. (Une expression matérielle assez souriante est le contraste entre les carrières vite grillées des scientifiques “durs” dans leur meule super-organisée, et les longévités des humanistes qui – les conditions étant réunies, pour peu d’entre eux, il y a à s’y intéresser  – passent des seuils de retraite sans le remarquer. Évidemment les temporalités contrastées des différents champs.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 6 août). Âge scientifique – 30 ans. Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na20

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search