Euphorie de la création (balbutiements vers, le néolibéral)

Il y a une euphorie, reconnaissable aux diverses manifestations, associée aux inventions et aux existences et participations à projets de recherche-création – par exemple, au sein de l’université, et dans les nouvelles interfaces ou con-fusions institutionnelles entre universités et écoles d’art. Il me semble qu’elle est liée à la formation de compromis où tout l’espace d’un soulagement est dégagé, pour sauver un privilège acquis dans une dispensation culturelle établie (et maintenant menacée) sous les aspects d’une innovation dans le sens d’une intelligence de l’histoire. Conserver (et retrouver, même, étant passé de près aux seuils d’un état culturel dégradé, et idéologiquement ringardisé) un prestige – ou un ordre du monde, un milieu honorable – exprimé dans une exultation de bonne foi et de croyance, fidélité à des valeurs humanistes & modernistes. Laisser filer les pans culturels qui se perdent, tombent, se délient. Et les contrats sociaux, noeuds institutionnels, qui y étaient impliqués.

Des retrouvailles, en partie, sous ces aspects d’avant-garde et de tri. L’euphorie touche la possibilité de la création, et les libérations sociales qui rendent possibles des levées de mauvaise conscience peut-être, ou soucis de.

Incarnés particulièrement dans l’association, stratégique, entre art et avants-gardes techniques et médiatiques. La nouvelle face, la face innovante, cutting edge, de Paris 8. Argument existentiel ; pari statutaire. Qui a une histoire longue, et constitutive. (On peut mesurer la fortune différenciée des différents principes et mots d’ordre qui ont composé la structure du projet du Centre expérimental de 1969. Leur course parallèle est parlante.) Les nouveaux composés de cette histoire, relus dans cette tradition, et le déroulement des réalisations de ce projet, sont éclairés.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 9 août). Euphorie de la création (balbutiements vers, le néolibéral). Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na21

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search