Les 1970s : pétrole, (re)tournant des empires, nouveaux Suds

Un repère qui je découvre mieux, le regard direct sur cette phase que j’ai trop pratiquée au passage et dans l’ignorance maintenant centré, par quelques rappels clairs immédiatement éloquents – BBC world service, The Inquiry, cette semaine “Can we stop oil?”.

C’est donc cette phase des 1970s, époque des crises du pétrole (j’apprends encore au lycée, “la Crise”, sans autre qualificatif), acteur majeur l’OPEP, les “chocs pétroliers”. Faits et données de ma période de scolarité et de première socialisation. Mais donc : phase évidente dans son caractère de transition postcoloniale,  entre les exploitations des empires dans leurs colonies (après le cas particulier des USA, auto-exploités, Standard Oil de Rockerfeller des 1870s aux 1910s – date ?? – puis Exon Mobil et Chevron), au “Moyen-Orient” principalement. Les 70s pétrolières sont la plaque tournante même de la décolonisation devenant progressivement économique au-delà de politique, et donc géopolitique – une association comme l’OPEP (MO et Venezuela) peut se former et monter en puissance déterminante. Qui explique la réinvention du capitalisme du Nord, en version néolibérale, et si clairement lisible dans son caractère néocolonial. Un effort de saut de dépassement de la situation postcoloniale pour l’ “Occident” (je pense au cas matrice de la Grange-Bretagne), qui va projeter vers la mondialisation (tournant des 1980s, dont ruine de l’URSS), ET enracinement du postcolonial dans les pays nouvellement indépendants, où la nationalisation peut permettre la capture par une élite, et les différentes voies de la corruption. Usages postcoloniaux de l’Etat, avec les transferts d’exclusion et d’exploitation.

Les forces et motifs en présence, pour les “chocs” de la décennie. Fond actif de ce que la vitrine montre, en “Occident” et son “way of life”, des sociétés keynésiennes : la voiture, les de développements militaires (guerre froide), le pétrole. Intimité du colonial dans le devenir du capitalisme, toujours plus profondément et largement demontré. Thatcher et mes années 1975 en Angleterre, puis mes visites, travaux & amours des 80s et 90s : fond de transformation de l’empire, “sick man”, mais aussi réinvention agressive. Les 70s vécues et présentées, médiatiquement discutées, comme période du Discontent, inflation, échecs de Labour – une séquence que je situe plus mal pour l’instant. A éclairer 👉

Déterminent, et sont déterminés par, aussi, la Révolution iranienne, le soutien US à Israël dans la guerre de 1973, avant ça, la guerre Iran Iraq, …


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Joubert (10 août 2023). Les 1970s : pétrole, (re)tournant des empires, nouveaux Suds. Ce que fait un angliciste. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/na23


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search