Merton, Ambedkar : facettes de la traduction, transmission / conversion

Je suis frappée par la différence de thème, l’horizon de désir tout à fait autre, alors que je passe d’Otsog au projet sur Ambedkar. Merton m’a entraînée vers une région de la traduction faite des textes, tissages et réseautages de textes, dans la grande longue texture des lettres – dynamique du “postscript“. Et l’histoire des disciplines du textes, du sens et du social, les Deux (et plus) Cultures. Par un biais imprimé par le thème mertonien de la réflexivité, sociologie de la connaissance et sociologie historique des sciences. L’enjeu focal, cœur source : le savoir, et ses régions. Action du texte, et du savoir comme textuel, langagier ; poétique du savoir. Savoir et pouvoir. Conditions intellectuelles, culturelles dans ce sens. Comment on parle, (sait), avec qui. (Et quelles ironies de ces trans-paroles, transmissions, qui forment de savoir.) Translatio

Ambedkar lève un paysage tout à fait autre de la traduction. Sans inédit, sans révélation particulière, mais je le remarque, alors que la pratique quotidienne, hic et nunc, semblait sûre d’une continuation ordinaire, sans surprise. La surprise est : toute autre région des questions actives de la traduction. Des zones de questionnement activées quotidiennement par la proposition de la traduction. Elle est ici éditoriale (c’est affaire de circonstance, et donc de nature du projet, le fait est – traduction Covid / traduction méthode, “par la traduction” une poursuite de la poétique de l’étranger, en interface encore autrement tâtonnée avec le métier universitaire), culturelle, recentrée fantasmatiquement sur l’une des tâches spirituelles du scholar des langues étrangères, philologues. Passeur. Acte, production, du comparatisme. On aime ces mythes, professionnels.

Je me trouve à cette disposition avec une envie, que Merton n’avait pas soulevée, de reprendre la lecture de travaux sur la traduction – situations sociologiques actuelles et de généalogies récentes (G Sapiro pour commencer et reprendre des repères) ; discours traductologiques, doctrines en cours. Dont les cadres postcolonliastes, subalternistes, et al.

Enjeu focal ici : le politique. Critique du politisme, par le comparatisme (et donc le langagier, comme différence des langues), d’un nationalisme anti-colonial qui creuse largement dans le politisme, au-delà de la situation de la décolonisation indienne. Contient donc des modèles pour des critiques sociales, culturalistes, dépendant de la différence religieuse, du politisme : le réformisme comme le socialisme (propos explicite de Annihilation).       💬 more to develop here. Sur le fil Culture et politique. Conditions matérielles, politiques : culturelles dans ce sens. Comment on énonce, dans quel dialogue et lutte, contre qui. Transactions ici plutôt que transmission (est-ce que “transaction” est un terme utilisé par Talal Assad peut-être ? A revoir 📌 ), interruption. On dira déconstruction (et Derrida aussi : interruption), critique, bifurcation, etc., selon les théorisations de la logomachie. Translatio. On pourra parler d’infidélité alors.. Conversion, précisément, et programmatiquement même, en révolutionnaire : no longer in your fold, not a Hindu, no longer a Hindu.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 23 août). Merton, Ambedkar : facettes de la traduction, transmission / conversion. Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na2a

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search