Jankélévitch sur l’ironie (1936)

Qui peut lire Jankélévitch – aujourd’hui au moins ? Càd : comment le contrat culturel d’époque (des temps de lecture de Jankélévitch, que j’ai traversés) permettait-il et appréciait-il ce rapport de lecture hyperculturel, soit extrêmement exclusif, soit imaginé comme survol dans une bruine de culture ?

Au moment où je suis dans les questions du Vraisemblable éditorial, cette prose – si doucement entraînante, malgré sa diffusion en Culture supposée, du bout des doigts et dans une touche délicate toute en imagination d’un lecteur semblable ; si douce à suivre, on se laisse aller à une vitesse de traitement assez scandaleuse, légère, essayistique même avec tous ses gages d’érudition.

Contemporain de Merton (1903, et 1910), trajectoire depuis l’Est juif. Une différence est l’héritage, parents intellectuels pour J, artisan mais aussi intellectuel(le, il s’agit de la mère) populaire, socialiste – plus de précision manquant.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 5 septembre). Jankélévitch sur l’ironie (1936). Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na2d

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search