Théorie et « Que faire ? »

Ces articulations si cruciales et délicates, du « que faire ? », du diagnostique  du présent comme inédit, du travail de théorie sur la situation et la conception de stratégie.

Passion, de ce lieu interface déictique, car lieu de dissolution même de ma constitution subjective. Car je n’y suis pas. M’étant faite théoricienne, par minutie analytique et par vague vertigineux de l’ethique, c’est exactement où j’en ne suis pas. Reste l’espoir que cette absence soit activable comme force de la théorie. Même avec le mal de mer au bord des lèvres.

Les questions des jeunes étudiant.e.s et du public à Jakarta, Bandung, Yogyakarta à l’université, sont toutes posées – concernant le féminisme et ses luttes, dans ses terrains différenciés – depuis la position du Que faire. Depuis  des zones surprenants du Que faire. Penser à des réponses, des réactions; des constructions de ces questions vers une prise theorico-politique. Ce travail.

Je regarde Catherine Coquio faire son chemin dans ces coordonnée, au vif de la guerre civile syrienne. S’appuyer à Hannah Arendt, praticienne majeure de cette interface. Alors qu’il y a aussi Fanon et Gramsci. Situations, et options. Castoriadis.

Voir Butler comme praticienne contemporaine. Agamben moins sûr.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search