Faction (figure et antifigure du dêmos, Asie centrale)

Lecture de l’Asie centrale contemporaine, Olivier Roy, dernière édition de 2010. Explications des effets de nationalismes, régionalismes et plus que, tribalisme, factionalisme – la discussion, au fil, amène jusqu’à “vallée” (Ferghana…), “gens de” (Pamiri, Koubalis, Gharmis…) dans une direction, et de l’autre jusqu’à “mafia” (et trafic de drogue, en l’occurrence, aux abords des territoires afghans en particulier).

Fouiller dans la généalogie de “faction” : les cirques à Rome, équipes et groupes de supporters, ceci pour les circonstances. Pour la sémantique : le faire ensemble, collectif ; le groupe de faire ; groupement par une action faction. Un performatif de peuple. Et donc l’ambivalence, au sens strict : la constitution, et l’exclusivité. La formation, et la différenciation. Union, cohésion, solidarité ; exclusivité caractéristique de la forme club, ou pire : des formes séparatistes, et jusqu’à hostiles.

Les caractères : se marquent par la nature des forces qui forment et éjectent – nationalistes et “ethniques” ici, en imitation post-URSS des politiques soviétiques de la “nationalité” : sur la base “linguistique“, par équivalence forcée entre langue identitaire d’ethnicité. Argument bien fait par O. Roy.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Joubert (8 octobre 2023). Faction (figure et antifigure du dêmos, Asie centrale). Ce que fait un angliciste. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/na2i


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search