Sociologie de la subjectivité – N. Duvoux contd.

Nicolas Duvoux, en examinant les méthodologies sociologiques diverses qui approchent, comme forces “alternatives”, son propre souci d’une articulation opératoire entre méthodes subjectives et méthodes objectives ou objectivistes – Économie du bonheur, Théorie des groupes de référence (Merton !), “la culture mesurée” (soit : sociologie “compréhensive“,  Weber, contra Marx, en point de référence puis les différentes sociologies culturelles, Goffman, “sociologie relationnelle”, jusqu’à “sociologie des émotions“) – : singularise les travaux de Michèle Lamont et ses sillages actuels. Et cite, Bruno Cousin en introduction au volume La Morale des sociologues, 2020 PUF / Vi des idées, Bruno Cousin et Michèle Lamont :

la peur, la colère, la honte, le ressentiment, l’empathie ou l’amour qu’une personne éprouve, comme les conditions sous lesquelles et les modalités selon lesquelles elle l’éprouve, dépendent de la façon dont elle a été (et continue d’être) socialisée : càd façonnée à la fois en termes de structures neurocognitives, d’inconscient et de répertoires et systèmes culturels lui permettant de donner un sens au monde, à ses actions, à ce qu’elle ressent et à comment elle exprime éventuellement ce ressenti. (Cité p. 59)



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 23 octobre). Sociologie de la subjectivité – N. Duvoux contd. Ce que fait un angliciste. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na2n

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search