Socialités de la traduction – exercice de la logomachie

Intéressant, notable : les démarches, sociales, qui sont nécessaires quand il s’agit de rentrer dans un champ scientifique ou culturel (de production culturelle), et surtout de projeter d’y intervenir. Immédiatement happés dans un milieu – logomachique, à angles donc, et en tension. Il s’agit d’apprendre à repérer les zones et les lignes d’argument et de position qui régissent leur géographie. “Violence de la traduction”, et ses philiai aussi : ici. Plus simplement : ses négociations, âpres, évidemment. Lutte. “Lutte dans les lettres”, lutte dans la circulation des lettres. Logomachie, ce pan spécifique.

En faire les généalogies, en dénouer autant que les documents le permettent, les fabriques archéologiques : un travail en soi, pertinent. Le travail à faire, en fait. Énonciations, parcours des énonciations.

Car ces parcours et rencontres énonciatifs sont organisés par les institutions (et les inventions d’institutions), et les intérêts énonciatifs. Questions du droit, droit d’auteur, droit de traduction, appels à la justice, parcours juridique de. J’explore ce matin les traces journalistiques de 2014, au moment du double procès en “appropriation” (non-dalit + copyright) généré par la parution d’ AoC Annotated critical edition de Navayana ; A. m’a amicalement fourni les lectures, l’humeur est à la mise en lumière de ce conflit.

 



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 26 octobre). Socialités de la traduction – exercice de la logomachie. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na2s

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search