“Politiques de la ville”, relégation territoriale, émeutes de juillet 2003, lectures

Frappée par une remarque d’Hélène ? dans la dernière semaine d’ Esprit de justice (FCulture, Antoine Garapon) qui continue à ausculter les émeutes de juillet dernier, au sujet de la “politique de la ville” – soit le traitement institutionnel de la pauvreté et de ses groupes sociaux, institutionnel et territorial. Sa vision opératoire, de praticienne à multiples titres et positions, de haut et de fonctionnalité : elle évoque une situation de choix “de société”, entre un projet d’attribuer aux “quartiers” et banlieues le rôle de zone de transit, dont il s’agit de partir, une fois qu’on “s’en sort” (figure de la dynamique sociale et des pratiques et possibilités de l’avenir et de la maîtrise de l’avenir, aux conditions de “petites différences” qui font les divergences statutaires ultimes entre “bons” et “mauvais” pauvres, les sauvés et les “enfoncés” dans l’assistanat et ses humiliations, chez Nicolas Duvoux, L’Avenir confisqué)l pour être remplacer par les nouvelles arrivées de groupes et segments plus pauvres, aussi pauvres, alors que les sortants passent en population pavillonnaire par exemple) – et la fonction alternative : une interprétation et une pratique radicalement transformée, de la “politique de la ville” qui redistribue la différence sociale sur l’ensemble commune du territoire, partout – avec une solution systémique de la ségrégation et de la relégation. Échelle de l’ampleur du choix – et des tâches à l’horizon.

Invités :

  • Hélène Geoffroy Maire de Vaulx-en-Velin (Rhône), Vice-présidente de la Métropole de Lyon et Ancienne Secrétaire d’Etat à la Ville, en charge de la lutte contre les discriminations.
  • Youssef Badr Magistrat, Premier vice-président adjoint au tribunal judiciaire de Bobigny, fondateur et président de l’association La Courte Échelle.
  • Reda Didi Consultant en politique de la ville, Fondateur et délégué général de l’association Graines de France.

Autres thématiques découvertes à cette audition : la demande de justice de la part des populations concernées, et donc des interpelés par la police lors des émeutes, et leurs expressions de le juge, insistance sur le droit, demande de respect ; friction et défiance vis à vis de l’institution policière, mais adhésion a la fonction judiciaire.

Et les pratiques de terrain, constructives et délicates, de longue haleine, travail social de fond : les rencontres entre concernés et traités par les “politiques de la ville” et personnels professionnels de la police ; explications, échanges, découvertes humaines, déconstruction des représentations médiatiques et du sens commun de la conflictualité sociale assise, productrice des émeutes. Choc de frustration au moment de l’éclatement des émeutes ; ces témoignages. Une note : remarque sur la présence des adultes dans la situation de relation et d’interface, dans les territoires, dans les localités.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 12 novembre). “Politiques de la ville”, relégation territoriale, émeutes de juillet 2003, lectures. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na2t

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search