Valeurs de la dépression – affect critique

L’état de légère confusion mentale, brain fog, n’aide pas — ou bien aide-t-il ? Il y a une disposition à la critique particulière aux épisodes de dépression.  Une capacité au cutting the crap. Et à se retrouver au nerf des questions. Je prends par le Comité invisible ces jours-ci. Et Agamben et Butler en attente. Mon bon Diplo lui-même sonne faux, situé dans son extériorité plutôt que je.

Affect, ce qui n’est pas projet (impuissance propre à la dépression, qui est toute une affaire d’impuissance) : de prendre critique avec Maintenant, ainsi qu’avec C. Coquio sur la Syrie (ce que peut la critique littéraire), et par là, ayant retrouvé au vol le goût de cette prise du ciseau sur la vie, rêves de toutes longues formes du travail critique. Livre Saussure, livre peuples du poème, reviennent à leur centre de gravité, soudain je retrouve leur projet, leur utilité leur visée.

Scénario du rêve de dépressions : de retourner les priorités pratiques de la vie, matinée de critique, étude, le reste pour le reste de l’énergie et du corps. Le reste pour l’institution et pour « la société » (notion particulièrement perplexative en temps de dépression, c.-à-d. de certitude suspendue quant aux rapports entre sujet mobilisé et ses autres, ses relatifs).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.