Aux folles de science

Je découvre encore une figure féminine de ma famille, côté Michon matrilinéaire, Marie, dite Marie la folle par une grand-mère que les conditions familiales ont empêchée de pousser des études supérieures en sciences naturelle. Autour de 1900, restée célibataire, et produisant la légende en ayant passé son temps à courir l’Auvergne, bottines de ville et besace en bandoulière, pour composer une collection savante de minéralogie, léguée à sa mort à l’université de Clermont (sans doute ?). Libido sciendi.

Les légèrement-folles de science dans cette famille, dans chacune des branches, en toute bonne cohérence sociologique. Les légèrement folles sans science également, une sans-doute suicidée par dépression (mère de Grand-père ?).

Toutes et tous du côté de la science, sciences naturelles (très modernité début de siècle), maths, physique. Je viens me situer awkwardly.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.