Quelle “littérature” ? Qu’est-ce qu’enseigner, DELA now

Encore un coup de l’évidence : frappée de rencontrer cette année de nouveau la différence de rapport aux discours artistiques (esthétistes) du modernisme anglophone qui s’installe au sein d’un groupe d’étudiants anglicistes de fin de licence – le contexte étant celui, très déterminé mais lequel l’est moins, de Paris 8 – et au sein d’un “salon de lecture” de littéraires capables de lire en anglais, langue acquise dans-et-hors de leurs études – capital culturel formé par d’autres ressources. Combien un groupe peut, sait se, glisser dans un discours – classique des études littéraires contemporaines à l’université – et épouser les valeurs, amours, sensualités, curiosité proposés – et combien l’autre résiste, ne se reconnaît pas, reste sur l’expérience de rencontrer des logiques étrangères et globalement hostiles, malgré la bonne volonté dans le rapport pédagogique.

C’est qu’il s’agit d’objets culturels différents, qu’il faut faire differer, en écoutant attentivement ces pratiques de réception, et d’acculturation si divergente. C’est évidemment aux “études littéraires” de prendre ça en charge. Comme la logique institutionnelle a de la difficulté à se positionner à cette tâche : c’est exactement ce qui est à l’œuvre dans les réunions, réflexions collectives, sur les transformations des cursus demandés par l’avancée du rapport culturel et, par l’autre biais, par celle du modelage politique, par l’institutionnel, de l’enseignement supérieur.

L’indécent qu’il y a. Faut-il que je le regrette ? C’est plutôt le tâtonnement culturel, il s’agit de comprendre et apprendre autant que d’enseigner ; les groupes d’étudiants sont autant la culture qu’ils sont les destinataires d’un enseignement culturel. Paris 8 terrain de riche problématique, je le ressens toujours plus densément. Avec sa population étudiante de plus en plus nettement polarisée.

J’y pense en débouchant, en séminaire de master sur les Humanités du numérique, sur l’exigence de rouvrir la vue sur les lettres, tellement largement plus vaste et in touch que la doxa post-romantique et même sans doute scolaire, son périmètre exigu, ses pans aveugles disciplinaires (les littératures représentées au comité NS). La longue tradition philologique et bibliologique, telle que restituée par McGann par exemple ; cet effort d’arrachement au doxique instituté. Il faut par exemple des spécialistes d’époques littéraires pré-modernes, et leurs réflexes, pour ça. Et des différenciations entre, dans les termes de McGann, “criticism” et “scholarship” ; dans ceux de Hayles un peu autre chose (humanists /-) ; “productive/critical”, selon l’une des orientations posées dans How We Think). L’un des rapports de clivage qui m’importe : theory et cultural study (cette articulation s’est faite, Stuart Hall exactement, ou Hebdige, et a été active, l’est peut-être encore dans des travaux exceptionnels), theory et histoire culturelle, philologie, archéologie des discours.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 3 décembre). Quelle “littérature” ? Qu’est-ce qu’enseigner, DELA now. Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na2y

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search