Ambedkar brut – vulgaire

Il y a du brut de décoffrage dans l’écriture d’Ambedkar. Qui entraîne des imprécisions logiques et sémantico-syntaxiques, des sauts, négligences, et aussi raideurs (comme si la pression de l’à-dire devait avoir priorité sur la mondanité de l’expression, et son contrôle lettré). Il faut le faire entendre. Trouver comment le rendre.

Car il est conjugué à d’autres forces poétiques hétérogènes – il y a bien un forçage, par mosaïque. Une brutalité, je l’ai déjà noté : Bhim, jai ! Une vulgarité, je refais le lien.

Car il y a bien, explicitement, une réflexion stratégique sur la force et le pouvoir. Himsa et ahimsa ; satyagraha, duragraha — et loksangraha.



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 5 décembre). Ambedkar brut – vulgaire. Ce que fait un angliciste. Consulté le 24 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/na2z

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search