Vies du genre, en passage néolibéral

M’apparaît un peu clairement, par passages brouillés, mes nouveaux malaises avec les vies du genre, qui se vivent sur scène, sur la scène publique, dans l’invocation publique et institutionnelle, depuis … . Une délimitation d’époque aiderait à comprendre ce qui a passé, ce qui s’est transformé. Même si j’en connais des séquences assez nettement, des féminismes à la formation du concept de genre, en étant passé par les luttes homosexuelles, Butler Gender Trouble un moment, et une date contextuelle, pertinent. Autant les mouvements contre le poids de l’orthodoxie hétérosexuelle sont restés marginaux (traités seulement en tant qu’expression féministe, en l’occurrence) dans mes cogitations, autant ont été vraiment pans aveugles, pour les raisons connues et toujours opposées, toutes les dimensions associatives, intellectuelles-organiques, politiques-activistes des questions. Beaucoup à reconstruire ici, beaucoup de lacunes qui faussent la vue et empêchent la lecture. Font l’ignorance, et la perplexité, l’incertitude, le trouble.

Combien j’ai aimé toujours les fluidités de genre, surtout celles depuis les polarités homme – exultation, libération, sentiment joyeux d’adéquation soudaine de telles manifestions avec mon imaginaire sensuel, Jean-Paul Gaultier, les cheveux longs et portés à la long, l’émerveillement aux sociétés où d’autres (et peut-être aussi plus multiples) pôles dans le spectre sont repérés.

Le trouble est pourtant assez localisable, parmi les paysages du sujet néolibéral – ce que je cherche à saisir sous la rubrique du “sujet néolibéral” – dont j’essaie de cerner les apparitions, les effets, et les potentiels critiques. Il a à voir avec “la mode” – grossièrement, on pourra partir de là. C’est-à-dire des rôles (des subjectivités, places-sujets) offerts, tout formés, scénarios, identités endossables, expérimentables. Jusqu’à marketing-ées, mythologisées (y compris avec beauté, créativité) dans les formes médiatiques et culturelles et artistiques ; popularisées (ces circuits sont particuliers, sans doute un angle éloquent : circulations sociales des, sociologie des). En tout cas oui : rendues disponibles, outils populaires de subjectivation (sans doute la plus grande circulation à ses effets de diffusion entre classes, et affecte le malaise : les transitions transgressions de genre, artistes quand bourgeoises bohèmes, interloquantes quand socialisées, diffusées, popularisées ?).

. débouche sur la question de l’identité – ses fonctionnalités sociales actuelles, inscription néolibérale sur le sujet et ses modes historiques. Grosses question, chaude. Rééchauffée, aussi – retournement après S Hall par exemple, une époque critique jalonnée à la conceptualisation de “Cultural Identity” (1991 je crois ?)

. se présente parmi les “problèmes sociaux” ou “sociétaux”. Depuis ? Encore cette question de la formation, sa chronologie, ses acteurs, sa logique historique, et stratégique. J’entends par exemple des présentations par la BBC de querelles ou simplement décisions institutionnelles nouvellement apparues, sur des demandes sur les pronoms émanant de jeunes enfants écoliers, et sur les rapports entre famille et école dans la navigation sociale, du quotidien, de ces phénomènes. La jeunesse de ces acteurs ! Par où passent ces propositions subjectives. Circuits neufs ? Ou homologues de plus longuement évolutifs ?



Citer ce billet
Claire Joubert (2023, 28 décembre). Vies du genre, en passage néolibéral. Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vemp

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search