Lundimatin : nommer

Lundimatin, pour autant que inégal et sans projet de substantiel, riche, vitrine, de nouveaux objets politiques, fourmillants, pénétrants, parfois expérimentaux et sans félicité nécessairement établie ou confirmée, au moins immédiatement. Un repère, un espace existant, disponible, actif. Laboratoire, de qualité collective en effet (d’où un épars, qui a sa qualité et ses rôles), des nominations (“de quoi est le nom”), politisations, identification, dessin du devenir politique. Des devenirs.

Mots d’ordre mots de passe. Il s’agit de mots de possibilité : pour la saisie, et pour l’orientation de la lutte, et du travail culturel. Travail diagnostique. Il est être, il a comme nature d’être, tâtonnant et expérimental. Sur quels objets se placent les fronts ; sur lesquels, les horizons d’émancipation.

Interessant, les zones thématiques qui y sont explicitées : Mouvement, positions, international, cybernétique (what a choice?), littérature (ah ouais ?), terreur, histoire, rencontres, mouvement, climat.



Citer ce billet
Claire Joubert (2024, 9 janvier). Lundimatin : nommer. Ce que fait un angliciste. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vk1v

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search