Lisse, critique, possible : à Vendôme

Le charme du lisse (par exemple en adoptant le nez en l’air du touriste, projet de visite à Vendôme, visionnage d’une histoire des dynasties françaises croisées d’européennes), la férocité triste du critique, et encore au-delà, l’espoir et le sanguin des imaginations de faire, d’à-venir, des possibles ; le sanguin des réalisations que des possibles sont en train, et des collectifs disponibles, en création, en créativité. (Participant, co-, génération des avec, et des en-faisant en-formant ?)

Valeur critique et politique du possible ? Travail du possible. J’ai noté depuis … le dernier livre de Haud Gueguen & L Jeanpierre, une référence. Je crains qu’elle soit avant tout réarchéologique. Je me detromperai sans doute.

Nature nécessaire, structurelle, du possible (soit : pousser contre l’inévitable, TINA, le Naturel) : la créativité, et les alliances : les nouveaux contours des sujets politiques, qui se forment autour des nouveaux objets émergents. “Que faire ?” ; qu’est-ce que faire.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Claire Joubert (11 janvier 2024). Lisse, critique, possible : à Vendôme. Ce que fait un angliciste. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkgn


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search